powered by FreeFind






































Y ES-TU ? QU'ENTENDS-TU ? QUE DIS-TU ?
L'ENFANT, LE PSYCHOLOGUE ET LA PAROLE



Parler ... ce qui est spécifique à l'humain.
Mais les petits enfants, ça ne parle pas ?
Et pourtant, on leur parle, on leur prête parole.
Et pourtant, les tout-petits parlent à leur façon.
Enigmes ...

Mais de quelle parole s'agit-il ?
Comment le bébé parle-t-il ?
Qu'est-ce qui est parlé ?
Qui parle (lui/sa famille, lui/seul sujet ?)
L'Infans serait-il cet être magnifique, magnifié, qui saurait ce qu'il dit, et le dit, à sa façon propre ?
Que signifie pour le bébé, être dans le langage ?

Quels chemins sont nécessaires pour accéder à la parole vraie, à la communication aux autres, parmi les autres, pour se construire et s'humaniser ?
Sa parole ne dépend-elle pas aussi de la personne qui l'écoute, qui la reçoit, et qui lui parle en retour ?

Les psychologues de la petite enfance parlent de petits enfants, et parlent à de petits enfants.

Leurs actes participent-ils du "faire parler", de la capacité à comprendre ?

Leur efficacité résulte-t-elle d'un effet de croyance, de magie, de savoir ?

Parler, donner la parole ... Qu'est-ce que ce "savoir-faire" quand il s'adresse à de tout-petits Infans ?

Etre réceptif, regarder, entendre, écouter, lire les signes, les appels, ceux sans mots, ceux du corps.

Imaginaire, fantasmes ou vérités ?

Permettre à l'autre (l'enfant/sa famille, ceux qui l'accueillent) de dire. ne pas dire, ne pas tout dire mais "dire vrai".

Relier, faire sens.

Prendre le temps, trouver le temps juste. Savoir s'abstenir, parfois.

Recadrer, créer cet espace, ce décalage, ce creux, qui permettent de prendre la parole ...

Mais pourquoi dans ces lieux spécifiques où exercent les psychologues de la petite enfance, y a-t-il parfois, soudain, jamais, ou toujours ... une possibilité de libre circulation de paroles vraies.

N'y a-t-il pas aussi à s'interroger sur le projet et le désir des psychologues, à leur place dans l'institution, et parmi leurs partenaires, ce qu'ils en transmettent, ce qu'ils en disent ?

Qu'est-ce qui fait sens, qu'est-ce qui fait effet ?

Y aurait-il des conditions ou des garanties pour que la PAROLE,
celle des enfants,
celle de leur famille,
celle des personnes qui les accueillent,
celle des psychologues,
puisse véritablement S'OUVRIR ?






SOMMAIRE






LIMINAIREp. 1
  
OUVERTURE 
Sylviane Giampinop.3
  
ATELIER N°1 : 
Les effets pervers de la parolep. 9
  
Introduction (Dominique Fournier)p. 10
  
Introduction (Myriam Jaquin-Guyonnet)p. 11
  
Discussion (José Morel)p. 13
  
  
ATELIER N°2 : 
Parole de psy ... dans le cadre institutionnelp. 17
  
Introduction (Michèle Corriol)p. 18
  
Discussion (josé Morel)p. 20
  
  
ATELIER N°3 : 
La parole des tout-petitsp. 22
  
Introduction (Nicole Yvert)p. 23
  
Discussion (Marie-José Villain)p. 27
  
  
SYNTHESE (Danièle Delouvin)p. 30
  
  
"DIRE CE QU'ON DEMANDE QUAND ON NE PARLE PAS"
Laure Thibaudeau
p. 32
  
  
"COMMUNICATION ET IMAGE DU CORPS"
Gérard Guillerault
p. 39
  
  
"PSYCHOLOGUE EN CRECHE : DES TACHES A LA FONCTION"
Graciela Cabassu
p. 46
  
  







* L’A.NA.PSY.p.e. se réserve tous droits pour la publication de ces textes, intégralement ou partiellement.